BRÈVE PRÉSENTATION de l'epc

 

 
   

L’EPC  est le fruit de l’œuvre missionnaire des occidentaux. Dès 1833, des sociétés des missions d’Amérique et d’Europe envoient des missionnaires sur les côtes occidentales d’Afrique. Des champs de missions y sont créés, des communautés chrétiennes fondées, des chapelles construites, des presbytères installés. Au Libéria, le pasteur John B Piney fonde la mission presbytérienne du Liberia (le 6/02/1833). Au Gabon le pasteur L. Leighton Wilson installe l’Eglise de Baraka le 22/06/1842. Le Dr Nassau poursuit ce travail missionnaire jusqu’à la prise en charge de cette mission par la Société de Mission de Paris. En Guinée, les pasteurs Mackay et Simpson s’installent dans l’île de Corisco; une mission y est fondée en 1850. De 1885 à 1924 ce travail missionnaire se poursuit sur la côte avec l’installation des églises de Benito et de Bata. Au Cameroun l’étincelle missionnaire jaillit à Batanga où le 13/01/1879, le pasteur De Heer inaugure la première chapelle, et le 16/04/1879, installe l’église de Batanga. Le pasteur Brier s’y installe définitivement en 1885. A Efoulan le pasteur Isaac Good (NGOTO Zambe) y arrive le 08/09/1892 et installe la station. Il meurt le 13 décembre 1894. La station d’Elat est fondée en 1895 par les pasteurs Fraser, Kerr et Mc Cleary. C’est cette station qui accueillera le 11 décembre 1957, la première Assemblée Générale de l’Eglise Presbytérienne Camerounaise. 

 

A partir de 1895,  l’œuvre missionnaire va  se développer à l’intérieur du pays. De nouvelles stations sont créées. Bibia (1895), Metet (1909) Foulassi (1916) Yaoundé (1922) Bafia (1924) Nkolmvolan (1926) Momjepom (1935) Batouri (1940). La mission de Bâle (Allemagne) après l’échec allemand de la 1ère guerre mondiale cède son œuvre missionnaire à la Mission Presbytérienne Américaine (MPA). Ainsi, les stations de Sackbayemi et d’Edéa lui sont rétrocédées en 1920. Ibong , Ilanga et Libamba sont créées en 1946. Avec le travail abattu entre 1879 et 1936, on aboutit à l’érection de trois premiers Consistoires (Municam, Metet et Sanaga) qui composent sur le plan juridique les premiers consistoires et  le seul Synode de la MPA au Cameroun (Synode Cameroun), rattaché à l’Eglise Presbytérienne Américaine dont le siège est à New - York. En 1936 (12 janvier 1936) dans le but de devenir une église autonome capable d’assumer son destin, le synode Cameroun décide de son éclatement en trois synodes. Le Synode Municam, le Synode Bassa Cameroun et le Synode Est. Le 17 juillet 1957, les missionnaires et pasteurs africains se retrouvent à Elat pour préparer l’indépendance de l’Eglise Presbytérienne Camerounaise, avec trois synodes Municam, Bassa Cameroun, et Est. Dix Consistoires comme suit : Synode Municam : Ambam, Corisco-Kribi, Ntem) ; Synode Bassa-Cameroun : Babimbi, Eséka, Sanaga et Makak (né le même jour à Elat) ; Synode Est : Est, Metet et Yaoundé. Une fois indépendante, l’EPC poursuit non sans peine l’œuvre d’évangélisation dans tout le Cameroun dans le changement et la continuité et avec ses institutions, rend un témoignage chrétien au monde.

 

Sur le plan intérieur, l’œuvre de l’EPC forme l’essentiel de ce qu’est le développement intellectuel, politique, culturel et sanitaire du Cameroun. C’est de ses institutions scolaires que sortit la grande élite intellectuelle du pays. La santé à longtemps été assurée par ses hôpitaux (Enongal, Sackbayemi, Metet, Nkolmvolan, Djoungolo…etc.). L’Hymne National trouve son berceau à l’Ecole Normale Camille Chazaud de Foulassi, et c’est par ailleurs de cette école que sortira le père de l’indépendance du Cameroun. En 1991, la 44ème Assemblée Générale répartit les champs de missions dans les provinces non conquises pour l’extension de son œuvre évangélique. Aujourd’hui l’EPC est présente dans toutes les régions du Cameroun.

 

L’Eglise Presbytérienne Camerounaise est membre de plusieurs organismes inter ecclésiastiques (la CETA, le COE, la CMER)

 

Sur le plan statistique, l’EPC compte plus de 700 pasteurs , plus de 11 000 anciens de l’église, plus de 17 000 diacres et plus de 4 000 000 de fidèles répartis dans plus de 700 paroisses,  8 Synodes et 38 Consistoires, enfin une Fédération des Chorales Classiques.

 

 

  SPÉCIFICITÉ THÉOLOGIQUE ET   DOCTRINALE  DE L’EGLISE PRESBYTÉRIENNE CAMEROUNAISE

 

Comme toute église issue de la Réforme du XVI e siècle, l’Eglise Presbytérienne Camerounaise fait partie de l’église universelle qui est la communauté de tous ceux qui croient en Jésus-Christ et le confessent comme leur Seigneur et Sauveur. Elle est guidée, maintenue et conservée par la puissance du Saint Esprit. L’Eglise Presbytérienne Camerounaise a reçu de son Chef et Sauveur Jésus Christ la tâche de transmettre à toute créature humaine le message du Royaume de DIEU. Elle affirme, avec toutes les églises de la Réforme l’autorité souveraine des Saintes Ecritures (la bible du canon strict de Jamnia qui contient 66 livres ; 39 livres de l’AT et 27 du NT) et trouve en elle la règle de la foi et de vie. L’expression de sa foi est la Sainte Bible, toute la Bible, rien que la Bible. Elle proclame le salut par la grâce par le moyen de la foi en Jésus Christ. La prédication de la parole et l’administration des sacrements (le Baptême et la Sainte Cène) sont les signes par lesquels on la reconnaît.

 

L’Eglise Presbytérienne Camerounaise poursuit également l’accomplissement de la tâche par l’enseignement de la doctrine, la cure d’âme, les œuvres médicale scolaire et agricole, des mouvements particuliers notamment parmi les jeunes les femmes et les hommes, l’envoi des missionnaires vers ceux qui n’ont pas encore entendu parler de l’Evangile de Jésus Christ où qu’ils soient et par tout autre moyen que DIEU lui inspire. Elle croit et affirme que le monde pour lequel Jésus Christ est mort est notre monde aujourd’hui concret et présent.

 

Sa confession de foi est celle de Westminster. Toute la théologie de l’Eglise Presbytérienne Camerounaise, son enseignement et sa doctrine sont contenus  dans ladite Confession de foi avec ses 36 articles. Son Catéchisme est le Catéchisme de Westminster.

 

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET DISCIPLINE

 

L’organisation, l’administration et la discipline de l’EPC sont contenues dans les livres de gouvernement et de discipline de sa Constitution. L’EPC déclare que tout pouvoir de l’Eglise, qu’il soit exercé par tout le Corps de l’Eglise en général ou par délégation de pouvoir est essentiellement Ministériel et Déclaratif.

 

DES OFFICIERS  DE L’EGLISE  (CHAPITRE 3 FORME DE GOUVERNEMENT)

 

Les officiers ordinaires et perpétuels de l’Eglise mentionnés dans le NT sont : les évêques ou les ministres, les anciens et les diacres.

 

DES MINISTRES (PASTEURS) (CHAPITRE 4 FORME DE GOUVERNEMENT)

 

A l’EPC, le ministère pastoral est le premier en dignité et en utilité. Les Pasteurs sont responsables du Saint Ministère. La personne qui accomplit ce service possède dans les Saintes Écritures différents noms qui expriment ces différentes fonctions.

 

a)    ayant la charge de surveiller le troupeau du seigneur, il est appelé Evêque.

b)    ayant le devoir de nourrir les brebis de la nourriture spirituel, il est Pasteur.

c)    comme il sert Christ dans l’Eglise, il est appelé Ministre.

d)    comme c’est son devoir d’être grave ,prudent et un modèle pour le troupeau et pour bien gouverner dans la maison et le royaume de Christ, il est appelé Presbytre.

e)    comme il est envoyé pour proclamer la volonté de DIEU aux pécheurs et pour les supplier de se réconcilier avec DIEU en Christ, il est appelé Ambassadeur.

f)     Etant le messager de DIEU dans le monde, il est appelé Ange.

g)    et comme il dispense les multiples grâces de DIEU et les ordonnances instituées par le Christ, il est appelé Intendant des mystères de DIEU.

 

Pour devenir pasteur dans l’EPC, il faut d’abord être membre communiant régulier dans une paroisse de l’EPC depuis 6 mois minimum avant la date à laquelle sa demande est soumise au Consistoire d’appartenance. Cette demande est adressée au Secrétaire Exécutif du Consistoire au moins 3 mois avant la date des assises, et ce, par le canal de la Session qui fait ses remarques sur le candidat. Le Consistoire transmet au Comité de candidats qui procède à un examen minutieux du caractère, de la conduite et des aptitudes du candidat. En cas de suite favorable, le candidat devient candidat du Consistoire mais reste membre de sa Paroisse sous l’autorité de sa Session. Au terme de sa formation (environ 4 ans), il est consacré Licentiate (Pasteur stagiaire) et placé sous la garde d’un autre Pasteur pendant environ deux ans. Enfin, si le rapport de stage est favorable, il est consacré Pasteur.

 

DES ANCIENS DE L’EGLISE (CHAPITRE 5 FORME DE GOUVERNEMENT)

 

Les anciens qui gouvernent sont les représentants immédiats des chrétiens de leur paroisse qui les ont choisis, afin que, associés à leur pasteur, ils puissent exercer le gouvernement et la discipline et prendre soin des intérêts spirituels de la paroisse et aussi de l’église en général.  Aucun ancien n’est choisi dans une Session pour un mandat de plus de 3 ans. Aucun ancien ne doit servir dans la Session pendant plus de 6 ans. Au terme de 2 mandats de trois ans, il doit obligatoirement observer une trêve d’au moins une année avant d’être de nouveau éligible. Pour devenir ancien de l’Eglise dans une paroisse à l’EPC, il faut être consacré à cette charge par un Pasteur.

 

DES DIACRES (CHAPITRE 6 FORME DE GOUVERNEMENT)

 

Les Saintes Écritures font clairement ressortir la diaconie comme un office distinct dans l’église. Cet office est basé sur la sympathie et le service à l’exemple de notre Seigneur Jésus Christ.

A cet office de diacre, doivent être choisies, des personnes remplis d’esprit d’une vie exemplaire, ayant l’esprit de fraternité et solides dans le jugement.

 

DU GOUVERNEMENT DE L’EGLISE

 

A l’EPC, le gouvernement de l’Eglise  est exercé par les Sessions, les Consistoires, les Synodes et l’Assemblée Générale.

 

 

La Session exerce son autorité au niveau d’une Paroisse. C’est une assemblée composée du Pasteur Modérateur de la Paroisse, et d’au moins deux anciens élus par les membres communiants.  La Session est toujours présidée par un Pasteur. L’autorité de la Session est subordonnée à celle du Consistoire. C’est dire en clair qu’à l’EPC, les décisions prises dans une réunion des anciens de l’Eglise d’une paroisse, sans pasteur sont nulles. Et que, aucune paroisse n’est libre à l’EPC.

 

Chaque paroisse appartient à un Consistoire devant lequel sa Session soumet Chaque année, ses Minutes. Une Paroisse peut installer des Chapelles, sur avis de sa Session. Ces Chapelles sont appelées à devenir plus tard, des Paroisses qui seront installées par le Consistoire.

 

Les associations qui exercent dans une Paroisse, sous l’autorité de la Session sont : La JAPE, l’ACF, l’ACH, l’Acte EBK.

 

C’est le Consistoire qui affecte ses pasteurs dans ses paroisses. Un Consistoire ne peut pas affecter un Pasteur qui n’est pas inscrit dans ses listes. Un Pasteur affecté dans une paroisse peut par contre solliciter n’importe lequel de ses collègues de l’EPC pour lui donner une aide pendant un temps.

 

 

Toutefois, les décisions de la 54e Assemblée Générale de janvier 2011 ont mis entre parenthèses, la dynamique de cette forme de gouvernement pour ce qui est des communautés à l’étranger, qui ont été organisées et animées dans le cadre d’un Comité des Missions supervisé par le Secrétariat Général de l’EPC. Puis, la 55e Assemblée Générale a  changé le Comité des Missions en Département des Missions et Partenariats et fixé un mandat pour les membres. Mais, la même 55e Assemblée Générale a rappelé les textes constitutionnels en matière de naissance des juridictions.

 

 

Pour tout complément d’information, bien vouloir nous écrire @